Uber en France : le marketing sous pression

uber-en-france-le-marketing-sous-pression.jpg

Des voitures de tourisme avec chauffeur  mises en relation directe avec les utilisateurs et utilisant la géolocalisation sont les points essentiels d’Uber. Effectivement, c’est une société de voitures de tourisme avec chauffeur en compétition avec d’autres sociétés dans ce domaine, par exemple des SnapCar, les Allocab, ou même des chauffeurs privés.

uber.jpg

Cette société a été protestée dès le début par les taxis parisiens, mais la loi Thévenoud  s’est mis de son côté en 2014  en prescrivant certains points pour son fonctionnement.

Les conflits marketing et commerciaux entre Uber et la France

Le point saillant du conflit  est la stratégie d’Uber  qui a lancé en Février 2014 le service Uber Pop, une pratique de lowcost qui est considérée illégale par le gouvernement français. Cette pratique s’acharne à capturer des clients qui ne peuvent pas se payer un taxi et qui sont dans l’impératif d’utiliser les transports en commun. A noter qu’UberCab s’est installé en France A en 2011 sans aucune flotte de véhicules. L’application Uber a fait appel à des chauffeurs désignés auto-entrepreneurs régis par un statut d’indépendant. Ces chauffeurs sont liés à Uber par un contrat de partenariat en qualité de prestataires. Certains indices, pourtant, soulignent des rapports de subordination entre les chauffeurs  et la société qui impose certaines règles, par exemple l’accès du chauffeur sur la plateforme et son interdiction sans préavis, le temps minimum de connexion, le nombre minimum de courses effectuées, le taux de rémunération, etc. En outre, Uber a impitoyablement bradé le prix, par exemple le transfert de l’aéroport  diminué jusqu’à moins de 50%. A noter qua société ne dispose pas jusqu’ici une flotte règlementaire.

L’agence Marcel (Publicis) va piloter le marketing

L’Agence Marcel du Groupe Publicis a décroché le contrat pour des centaines de milliers d’Euros, dont la principale activité est le pilotage de la campagne marketing d’Uber. L’application concerne une plateforme de mobilité urbaine qui touche 10 métropoles françaises couvrant plus de 30 communes.

agence-marcel.jpg

Pour ce faire, le contrat stipule le besoin de 12.000 chauffeurs et s’attend à servir régulièrement plus de 1,5 millions d’utilisateurs. L’Agence Marcel, très présente sur les réseaux sociaux,  véhicule les avantages socioéconomiques qui découlent des actions d’Uber et ses partenaires.  A noter que le marché français est relativement délicat pour Uber.